Ar soubidigezh | L’immersion

La pédagogie immersive

Ar bedagogiezh dre soubidigezh

Penser et parler deux langues

Penser et parler deux langues procureront à l’enfant un plaisir double. Cela lui permettra d’accéder à deux manières de se penser dans le monde. Son imaginaire s’en trouvera ainsi enrichi. Pour lui, une langue est un vecteur privilégié d’une culture spécifique, d’un imaginaire original, avec ces expressions, jeux de langage et histoires enfantines.

Le fait d’utiliser deux langues très jeune pour travailler, apprendre, jouer, permet de vivre vraiment et en profondeur l’altérité linguistique, le caractère arbitraire du signe, la relativité des lexiques, mais aussi celle des grammaires, des syntaxes, des codes. L’enfant parlant deux langues développe dans son cerveau des “passerelles” facilitant l’apprentissage de nouvelles langues.

Soñjal e div yezh ha komz anezhe

An hanter muioc’h a blijadur o do ar vugale o soñjal e div yezh hag oc’h ober gante. Evel-se o do daou zoare d’en em welet e-mesk ar bed, ha seul binvidikoc’h e vo o ijin hag o faltazi. Evite e tougo pep yezh ur sevenadur hag un ijin dibar, gant an troioù-lavar, ar c’hoarioù-yezh hag an istorioù evit ar vugale.

Diwar implijout div yezh abred-mat evit labourat, deskiñ, c’hoari, e vez anavezet da vat petra eo ar yezhoù, penaos int dishañval an eil diouzh eben. Komprenet e vez ez eo tidel ar sinoù yezhel, ha keñverel ar c’heriaoueg koulz hag ar yezhadur, an ereadurezh, ar c’hodoù. En ur gomz div yezh e sav ar vugale « pontoù » en o empenn, ha seul aesoc’h e vo deskiñ yezhoù all war-lerc’h.

Qu’est-ce que l’immersion ?

C’est une stratégie d’apprentissage qui privilégie à un moment propice (maternelle, CP) l’intensité de l’utilisation du breton pour parvenir rapidement à une maîtrise naturelle de la langue.

Petra eo ar soubidigezh

Ur stumm da zeskiñ eo hag a laka ar vugale da glevet ha d’ober kalz gant ar brezhoneg d’ur c’houlz hag a zo mat evit-se (skol-vamm, CP), hag e-se e vestroniont ar yezh abred.

Pourquoi l’immersion ?

Pour ses résultats et pour sa souplesse. Le but est d’arriver rapidement et de manière précoce à une utilisation de la langue comme outil d’apprentissage.

Elle permet ensuite à l’enfant de vivre dans deux langues. L’enfant apprend la langue en l’utilisant. Cette méthode crée un environnement favorable pour acquérir la langue de manière non contraignante.

Perak choaz ar soubidigezh ?

Abalamour ez eo efedus ha soubl. Abalamour da zont a-benn d’ober abred eus ar brezhoneg ur benveg evit deskiñ.

Goude-se e c’hallo ar vugale bevañ e div yezh. Deskiñ a ra ar vugale ar yezh en ur ober ganti, hag evel-se e vez savet un endro evit deskiñ anezhi hep redi.

Être bilingue, oui, mais pourquoi en breton ?

C’est d’abord et surtout un moyen de sauvegarder notre patrimoine linguistique, mais il y a d’autres arguments qui justifient ce choix. L’apprentissage de la langue régionale offre l’avantage de pouvoir s’appuyer sur l’environnement et le vécu quotidien de l’enfant, ce qui ne peut être le cas pour toute autre langue « étrangère ».

En effet, la langue bretonne est présente partout en Bretagne !

A travers les personnes qui la parlent, bien sûr mais aussi dans les noms des lieux, dans les médias, dans son environnement culturel, ses musiques, ses paysages.

Le contexte breton est favorable au développement du bilinguisme.

De plus, le breton qui est une langue régionale minoritaire peut favoriser l’appétence de nos élèves pour la diversité linguistique. Si l’on vise en effet l’éducation plurilingue, est-il judicieux d’opter pour un enseignement bilingue ayant comme deuxième langue, une langue dominante telle l’anglais ?

Bezañ divyezhek, ya, met perak e brezhoneg ?

Da gentañ-tout evit saveteiñ hor glad yezhel, met arguzennoù all zo c’hoazh. Aesoc’h eo deskiñ yezh ar vro peogwir e c’haller kemer harp war endro ar vugale hag o buhez pemdez, ar pezh n’eo ket gwir evit ar yezhoù « estren ».

Kavet e vez ar brezhoneg pep lec’h e Breizh end-eeun !

Dre an dud a gomz anezhañ evel-just, met ivez dre an anvioù-lec’h, er mediaoù, en endro sevenadurel, er sonerezh, e stumm ar vro.

Bezañ e Breizh a sikour bezañ divyezhek.

En tu-hont da se, gouzout brezhoneg, ur yezh vihan anezhañ, a roio c’hoant d’ar vugale da c’houzout yezhoù all. Ma fell deomp gwelet bugale liesyezhek, n’eo ket lavaret e vefe gwelloc’h choaz ar saozneg, hag emañ an tu kreñv gantañ e-mesk yezhoù ar bed, evit an deskadurezh divyezhek.

Connaître ses racines

Enfin, connaître ses racines, c’est être prêt à comprendre celles des autres.

Imprégné précocement par le bilinguisme, l’enfant n’en sera que d’avantage enclin à accepter et apprécier ceux qui parlent d’autres langues, sont issus d’autres origines ou ont des manières de vivre différentes des nôtres.

Anavezout e wrizioù

Anavezout e wrizioù, erfin, zo bezañ prest da gompren gwrizioù ar re all.

Seul abretoc’h o do desket ar vugale ur yezh all, seul vuioc’h e vint gouest da zegemer ar re a gomz yezhoù all, ar re a zo eus lec’hioù all hag ar re o deus doareoù bevañ disheñvel…

La mise en œuvre de la pédagogie immersive

Lakaat ar bedagogiezh dre soubidigezh e pleustr

La maternelle

La totalité des horaires des classes de maternelle est consacrée à l’enseignement du breton et en breton, selon la méthode dite de l’immersion.

Cette méthode se caractérise par le fait que la seule langue utilisée par le maître est le breton. A son arrivée à l’école maternelle, l’enfant utilise dans ses échanges avec le maître, soit le breton s’il le possède déjà, soit le français s’il est en situation d’apprenant.

Dans ce dernier cas, l’échange enfant-maître restera identique jusqu’à ce que l’enfant ait acquis une compétence suffisante pour s’exprimer en breton.

Er skol-vamm

Ar c’helenn er c’hlasoù skol-vamm a vo e brezhoneg a-hed an holl amzer : ar bedagogiezh dre soubidigezh eo.

Da lavaret eo, ne gomzo ar skolaer nemet brezhoneg, ha yezh all ebet. Pa’z erru ar vugale er skol-vamm e c’hallont komz brezhoneg gant ar skolaer, ma ouzont anezhañ dija, pe galleg, ma n’ouzont ket brezhoneg c’hoazh.

Neuze e c’hallint delc’her da respont e galleg betek ma vint barrek a-walc’h da gaozeal brezhoneg.

Cours préparatoire

Les apprentissages fondamentaux (lecture, écriture, calcul) se font en breton et seront rapidement transposables en français.

L’enfant qui lit le breton se met rapidement à lire le français.

La transposition se résume, pour l’essentiel, à l’apprentissage d’une graphie différente, de certains phonèmes.

L’orthographe, plus simple en breton qu’en français, permet à l’enfant d’acquérir très vite les mécanismes de lecture et d’écriture, et ainsi d’aborder la complexité de l’orthographe du français l’année suivante, alors qu’il aura plus de maturité pour le faire.

Er c’hlas prientiñ

E brezhoneg e vo desket lenn, skrivañ ha jediñ (deskerezh diazez). Abred a-walc’h e c’hallo ar skolidi implijout ar barregezhioù-se e galleg.

An hini a vez gouest da lenn e brezhoneg, ne vez ket pell o teskiñ lenn e galleg da-heul.

Evit tremen eus ar brezhoneg d’ar galleg, n’eus koulz lavaret nemet deskiñ un doare skrivañ disheñvel ha fonemoù zo.

Simploc’h eo ar reizhskrivadur e brezhoneg eget e galleg, hag e-se e vez gouest abretoc’h ar vugale da gompren penaos lenn ha skrivañ. Aesoc’h-se e vo dezhe kregiñ e-barzh diaesterioù ar reizhskrivadur gallek er bloaz war-lerc’h, pa vint boasoc’h gant al lenn hag ar skrivañ.

L’enseignement de la langue française

La deuxième année du cycle primaire (CE1) voit l’introduction du français dans le programme d’enseignement. Dans un premier temps, le créneau horaire réservé au français est utilisé à la transposition au français des acquis de la lecture en breton.

Très rapidement, cet enseignement devient transdisciplinaire. Après être passé par l’apprentissage d’une graphie différente, l’enfant approfondit l’étude de la langue et son utilisation orale et écrite.

À ce niveau aussi, beaucoup de concepts sont transposables d’une langue à l’autre, soit directement, soit par une étude comparative. La place réservée au français progresse jusqu’à la fin du cycle primaire de la façon suivante :

– CE1 : 2 heures par semaine (démarrage au plus tard après les vacances de février)
– CE2 : 6 heures par semaine.
– CM1 : 6 heures par semaine.
– CM2 : 7 heures par semaine.

Les enfants scolarisés à Diwan doivent posséder en français, à l’issue du cycle primaire, une connaissance et une compétence égales à celles des enfants sortant du système unilingue ainsi qu’une égale compétence dans les deux langues.

Kelenn ar galleg

En eil bloavezh ar c’helc’hiad kentañ (CE1) e vo degaset ar galleg er programm kelenn. Da gentañ-penn e servijo an eurvezhioù gouestlet d’ar galleg da dreuzkas d’ar galleg ar barregezhioù lenn e brezhoneg.

Abred war-lerc’h e vo implijet ar galleg e danvezioù all. Goude bezañ desket ur skritur disheñvel e vo studiet donoc’h ar yezh gant ar vugale, ken dre gomz, ken dre skrid.

Er bazenn-se ivez e c’haller tremen ar pezh a zo bet desket eus ur yezh d’eben, pe e vefe war-eeun, pe en ur geñveriañ anezhe. War greskiñ ez a an amzer gouestlet d’ar galleg betek fin ar c’helc’hiad kentañ :

– CE1 : 2 eurvezh bep sizhun (kroget e vez ganti goude vakañsoù miz C’hwevrer d’an diwezhañ)
– CE2 : 6 eurvezh bep sizhun
– CM1 : 6 eurvezh bep sizhun
– CM2 : 7 eurvezh bep sizhun

Ret eo d’ar vugale skoliataet e Diwan bezañ ken barrek ha ken gouiziek war ar galleg hag ar vugale a zo en hentennoù unyezhek, ha ken barrek war ar brezhoneg ha war ar galleg ivez.